Université

Colloque Abbaye aux Dames de Saintes

Mercredi 16 septembre 2015

De la lexis à la praxis : souffrance morale, droit et pratiques professionnelles.

En présence de Monsieur Pierre Joxe, le Tribunal de commerce de Saintes, le Barreau de Saintes, en partenariat avec l’Université de La Rochelle - laboratoire CEJEP et le CEDAG de l’Université Paris V Descartes, vous présentent :

Les espoirs de réussites économiques ou de
reconnaissance sociale déçus, les prévisionnels et
les promesses démentis par l’implacable imprévu,
provoquent chez celui qui a investi dans le futur tous
ses moyens humains ou matériels, des sentiments
complexes qui innommés isolent et fragilisent.

Immatérielles, ces passions qui n’en affectent pas
moins le réel peuvent être décryptées rationnellement
et Cristina Viano, philosophe, en une introduction de la
journée en forme de contrepoint, les passera au tamis
d’Aristote.
Dénoncée, commémorée, niée, dissolvante mais nous
l’espérons fédératrice, la souffrance sociale, dont les
causes si elles échappent au champ de compétence des
praticiens, est la toile de fond de leur activité, n‘a pas de
secret pour Marc-Henry Soulet, sociologue.
Sprinter, coureur de fond, sans cesse en compétition
avec son entourage, avec lui même, l’entrepreneur est
un sportif de haut niveau, participant à un match sans
fin, dont les rapports spécifiques à sa santé physique
et mentale révélés par Olivier Torrès, économiste,
professeur de management, démontrent que tout comme
le patient, le débiteur dans sa position de justiciable des
procédures collectives, n’est pas un invariant.
Parce qu’il sait que « mal nommer ajoute aux malheurs
du monde » le législateur, protecteur dans son dialogue
façonnant avec le corps social, recherche l’apaisement.
Philippe Roussel Galle, professeur de droit, spécialiste
des procédures d’insolvabilité, évoquera les liens toujours
électriques, de la dignité, de la protection du patrimoine
du dirigeant et des différents intérêts en présence.
Débordant une qualification juridique rassurante, la
souffrance morale aigüe s’impose parfois au coeur d’un
débat judiciaire, et nécessite une reconnaissance spécifique
du justiciable, Marc Binnié, greffier associé.
Le traitement de la souffrance morale semble impliquer
une reconnaissance préalable de catégories sociologiques
distinctes. L’un des co-fondateurs britanniques d’une
campagne nationale (CAMIAD) de prévention de cette
souffrance parmi les débiteurs, Nigel Crompton, nous
apportera son expérience à cet égard.
Natalie Fricero, professeur de droit, spécialiste de
procédure civile, clôturera cette dense matinée en
mettant en perspective l’artisanat du dispositif APESA
au sein de l’industrie des principes, et étudiera son
intégration dans le droit du procès équitable, les modes
amiables de règlements des différends ou encore la
« justice thérapeutique ».
Après l’expression multiple des praticiens, la synthèse
exploratoire de cette journée sera effectuée par Linda
Arcelin Lecuyer
.
Les éventuels bénéfices réalisés lors de ce colloque
seront intégralement versés à l’association APESA 17.

Recommander cette page